PAROLES « BRUTAL » – AMBRE

Quand je sors d’mon coin j’suis médusé par c’qui s’passe
Si tu regardes trop loin, l’horizon te dépasse
A fleur de montagne, le ciel semble partir
Le mal de mon crâne, le ciment d’notre avenir

Si j’me retourne trop souvent j’prendrai sûrement la vague
Il y a bien trop longtemps qu’on a cramé la madrague
Au nord, au vent, l’plastique t’inquiète
Au port souvent, l’mastique te guette
Tu veux continuer en rêvant qu’ca s’arrange
Pas l’temps d’oublier qu’au fond les vers te mangent
Sur l’bord ça pend, on a posé trop d’enclumes
Ça fait bien 50 ans qu’ta mer on la fume

Et pendant c’temps là l’monde brûle
Mais putain qui va bien pouvoir faire mes pulls ?

Et pendant c’temps là l’immonde brille
Y’aura bientôt plus personne pour ramasser ma bile

 

Tu penses voir loin par dessus les saisons
La poignée dans le coin, l’cercueil dans l’pognon
Si tu lances l’oursin sur la terre, en rentrant
Les épines resteront mais plus rien à t’mettre dans les dents

On s’doit d’réagir sans attendre qu’on l’ordonne
Il y’a trop longtemps qu’on attend que l’or donne
Seul dans ton avenir autant rester personne
Du monde avant d’partir ne reste pas ce mort d’homme
T’as peur d’réussir, essayes au moins d’la r’peindre
Par peur de mentir, j’assumerai pas sans craindre
T’as peur d’pas savoir, d’toute façon personne sait
Par peur de n’rien voir, n’restons pas dans l’abstrait !

J’ai envie d’sortir quelque chose de brutal
J’ai envie qu’ca reste coincé dans ton crâne
Qu’au r’tour d’tes vacances t’arrêtes d’avoir mal
Repars en avance, arrête d’être normal

J’ai envie d’sortir quelque chose de brutal
J’ai envie qu’ca reste coincé dans ton crâne
Qu’au r’tour d’tes vacances t’arrêtes d’avoir mal
Repars en avance, arrête d’être normal

Et pendant c’temps là l’monde brûle
Mais putain qui va bien pouvoir faire mes pulls ?
Et pendant c’temps là l’immonde brille
Y’aura bientôt plus personne pour ramasser ma bile

Et pendant c’temps là l’monde brûle
Et pendant c’temps là …
Et pendant c’temps là …

Nous suivre & nous écouter